Posts Tagged “paris”

video astroglyphe au lab14 Paris Montparnasee 2017 from happywallmaker on Vimeo.

Mandala spherico-holographique interactif Mandala spherico-holographique interactif module de communication et d observation extraterrestre en phase de lévitation stationnaire et pacifique #streeturfu Wip LAB14
Préparation réseaux découpage sur bois pour la future exposition du Lab14

Mandala sphérique interactif
Mandala magnetiko-glyphe petit clin d œil de la réserve Malakoff au lab14

Exposition lab14

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

Salut je t invite à découvrir mon nouveau projet au sein du LAB14 c est une installation en cours d évolution qui traitera de l interactivité entre l art et la technique
Sous la forme d un « Mandala sphérique interactif ».

Tout le monde connaît la mire, sorte de code barre circulaire annonçant la fin des programmes télé.
Dans cette salle de contrôle, c’est là au contraire que tout commence : on y voit la sphère en lévitation de Seize Happywallmaker
hissée au cœur même du Lab14, sur laquelle sont projetés ses fameux systèmes filaires.
Ce diagramme évolutif en 3D est né de sa rencontre avec un véritable magicien de la création lumière et vidéo : Nicolas Barraud est entre autres
régisseur de spectacles et « bricoleur » d’application interactives, après avoir gouté à la micromécanique, au jonglage et la manipulation d’objets.

Autant dire que les numéros d’équilibre n’ont aucun secret pour lui !
Jugez plutôt : une boule suspendue dans les airs qui vous permet, par un savant dispositif de manettes et de boutons,
de changer les couleurs de cette planète-mandala en temps réel.
A l’intérieur d’une chambre noire subtilement éclairée de diodes murales,
installez-vous tranquillement dans les fauteuils moelleux qui n’attendent que vous,
et laissez-vous entraîner dans un exercice de haute voltige mêlant parapsychologie, art et technique.

Cette étonnante installation à quatre mains révèle avec d’autant plus d’acuité la conception cosmogonique
de l’univers de Seize Happywallmaker associé aux idées lumineuses de Nicolas Barraud :
de modules en réseaux, le prisme des couleurs primaires habituellement déployé
dans la peinture prend non seulement une dimension interactive, mais aussi ludique : l’infini est à votre portée, saisissez-le !
(Texte écrit par Chrixcel)

LAB14

Chantier évolutif

Lab14

LAB 14
140 boulevard Montparnasse
75014 Paris

ACCÈS
metro4 : Vavin
rer B : Port-Royal
Bus 91 : Arrêt Campagne première
Gare Montparnasse

OUVERTURE AU PUBLIC
DU 15/12/2016 AU 26/02/2017

Horaires :
Du Mercredi au Dimanche de 13h à 20h

Fermeture billetterie 19h30 du mercredi au dimanche
Nocturne jeudi et samedi 22h
(Animaux interdits)

FERMETURE LE LUNDI
Fermeture 24/25 décembre et 31/1 janvier

Visites guidées :
Sans inscriptions, se présenter à l’accueil 5-10 min avant.

TARIFS
Tarif unique : 2 €

(Chèques acceptés, CB à partir de 15 euros)

Possibilité de grignoter sur place.
Performances, concerts, apéro mix, table ronde, librairie, espace jeux, goodies…

INFORMATIONS PRATIQUES
ARTANA EVENT

Hanna Ouaziz
06.30.79.79.09

contact@artana-event.com

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

Livre « le mur The wall »
LE MUR THE WALL, 125 PERFORMANCES D’ARTISTES URBAINS
Editions Hermann
Prix : 28€
Le M.U.R., association fondée en 2003 et soutenue par la Ville de Paris, œuvre officiellement depuis janvier 2007.
Toutes les deux semaines, un mur de 3 x 8 mètres situé dans le quartier d’Oberkampf (XIe arrondissement de Paris) est confié à un artiste qui performe devant le public pendant un à deux jours pour y créer une œuvre in situ. D’une durée de vie éphémère, elle sera recouverte par la suivante.
Un livre édité en 2010 par KITCHEN 93 présentait les soixante-treize premiers murs, de Gérard Zlotykamien, pionnier de l’art urbain français, à Ella & Pitr, deux jeunes artistes de la troisième génération. Le présent volume couvre l’ensemble des productions depuis Ella & Pitr jusqu’au 199e mur de Nosbé, soit presque cinq ans d’activité.
L’art urbain, ou street art, est aujourd’hui enfin élevé au rang d’art contemporain et la France a joué, et joue encore, un rôle international dans son explosion.

Livre "le mur The wall"

Module .Urbain.Radio-actif from happywallmaker on Vimeo.

Module.Urbain.Radioactif

Module.Urbain.Radioactif

Module.Urbain.Radioactif

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

Meta-cyber-espace-de-la-galaxie-bleue

« Meta-cyber-espace-de-la-galaxie-bleue »

acrylique sur toile 130w130 cm 2016

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

flyer next rv

Expo l impasse

Expo l impasse

Expo l impasse

Expo l impasse

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

Dans la veuka

Expo digigraphies

Expo digigraphies

expo la cave

photos par Angel Roy

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

Seize et ses obsessions géométriques
Par Christian Schmitt @espacetrevisse · Le 16/11/2015

art azoi 2012

L’artiste Seize Aka Happywallmaker est devenu une figure incontournable du street art français.

Pourtant au départ, cet enfant de Sarcelles, n’a suivi aucune école d’art. Et n’a découvert ce qui allait devenir sa vocation qu’à la suite d’un heureux concours de circonstances.

En effet, le déclic eut lieu au début des années 1980, au bas de son immeuble, lorsqu’il a été, selon ses propres termes, “ébloui” par un graff de Dark.

Aussitôt, il demande à son auteur de lui céder le lettrage “Seize” qui figurait sur l’une de ses oeuvres.

A partir de ce jour, tout bascule pour lui. Dorénavant , il sait que peindre sur les murs et sur la toile va devenir sa véritable passion.

Par la suite, il va compléter son nom d’artiste de Seize par celui de Happywallmaker, surnom que lui ont donné les membres d’un groupe d’artistes hollandais.

Cependant ce n’est qu’au début de l’année 2000, que cet artiste estime avoir réellement trouvé son identité picturale.

Auparavant et toujours selon ce qu’il déclare, il ne faisait uniquement des graffitis autour des lettres et les personnages.

Depuis il joue sur la lumière, les couleurs primaires et secondaires et les formes géométriques.

Résultat: ses obsessions géométriques l’ont rendu célébre à juste titre car elles sont le fruit d’un grand talent et d’une créativité presque sans limite.

Toutefois sans altérer la portée de son oeuvre, son art n’est pas venu non plus “ex nihilo” car il est aussi tributaire, dans une certaine mesure, d’une tradition antérieure.

Je veux parler, en effet, d’une filiation possible avec les peintres abstraits du XX° s., et notamment avec ceux du courant formaliste.
Le retour à la tradition de l’abstraction formaliste ?

" cosmic junction"

Déjà Kandinsky était fasciné par l’aura mystique de la géométrie, le triangle, selon lui, était le symbole de la “vie spirituelle” et de son mouvement incessant. (Art&Aujourd’hui par Eleanor Heartney, Ed. Phaidon, p.66)

Seize semble être également conscient du pouvoir que peuvent exercer les formes géométriques puisqu’il affirme en 2012 :

“J’essaye de transmettre dans mes compositions des énergies positives sur les spectateurs. Il y a aussi un côté spirituel. » (dans le journal L’Axonais N° 11 du 31/07/2012)

Cependant depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, on a pratiquement abandonné cet aspect purement mystique pour ouvrir à “l’art pour l’art” et au formalisme énoncé par le célèbre critique d’art américain Clément Greenberg.

On aboutit alors à un art débarrassé de toute narration, de représentation, de sujet, de psychologie ou même de spiritualité.

C’est le règne de l’obsession de “l’opticalité”.

Au final ce qui importe, c’est la seule disposition des lignes, des couleurs, des formes… (voir Mondrian).

Or, cette abstraction formaliste, on la retrouve également très présente dans les oeuvres de l’artiste Seize.

Effectivement son besoin de pureté et de cohérence par rapport au monde environnant l’ont conduit à édifier une structure formaliste très affirmée.

“Le langage symbolique est celui de la nature et de l’univers. La forme géométrique jointe à la simplicité et à la rigueur des structures et de la composition peut atteindre une grande pureté…”

Au départ cet artiste « hyperméticuleux » privilégiera toujours la pureté des formes géométriques et mettra un soin particulier à les assembler selon un projet très structuré et très planifié. C’est le grand ordonnateur des formes à l’image du grand Horloger dont parlait Voltaire pour désigner le créateur de notre univers ;
Seize qualifie lui-même son travail comme l’expression d’un vrai langage : le langage symbolique.
Mais son art traduit aussi le monde dans lequel il vit

magnetikoglyphe

A priori on pourrait penser que cet artiste ne fait que reproduire, en quelque sorte, notre monde actuel, celui notamment traversé par les multiples réseaux de communication et de transport.

Avec pour figure archétypale, l’image saisissante de la toile du net qui s’étend partout à une vitesse hallucinante, telle la pieuvre avec ses multiples tentacules.

Certes, Seize restera toujours l’héritier quelque part des peintres du mouvement et notamment de celui dénommé « De Stijl ». Ceux-ci voulaient, en effet, créer un équilibre en harmonie avec le rythme de l’univers par l’application de lignes horizontales et verticales et des aplats de couleurs primaires (rouge, jaune, bleu).
Un monde kafkaïen

projet fresque hotel particulier

Harmonie veut signifier que l’artiste est d’abord un observateur de son temps. Il est celui qui met en exergue tous ces réseaux de communication qui envahissent notre quotidien. Mais en réalité plus qu’un témoin, ce peintre de la rue va être également celui qui dénonce ce phénomène en le stigmatisant pour son côté inhumain.

C’est pourquoi l’univers que nous propose Seize fait penser au côté oppressant et cauchemardesque des récits de Franz Kafka.

Ce grand écrivain de confession juive a dû lui-même s’inspirer de la tradition talmudique.

En effet, selon un récit rapporté par Origène (vers 185 – vers 254),

“Les Écritures Saintes ressemblaient à une grande maison avec beaucoup de pièces; devant chaque pièce se trouve une clé, mais ce n’est pas la bonne. Les clés de toutes les pièces ont été échangées, et il faut (…) trouver les bonnes clés qui ouvriront les pièces.”

Alors que dans le récit, il existe l’espoir de retrouver la “révélation”…les clés sont disponibles mais il suffirait de trouver la bonne.

Chez Kafka, il n’y a tout simplement pas de clé et donc pas d’espoir de s’en sortir. C’est pourquoi le récit de Kafka met en évidence la nature foncièrement angoissante de l’être humain.

Chez Seize cet univers sans clés est bien réel dans son travail.

Mêmes ses œuvres, les plus identifiables, dont certaines font penser aux réseaux des lignes du Métro et du RER, ne débouchent en réalité sur aucune station identifiable, ni sur aucune sortie.

Les seules issues possibles semblent se refermer sur elles-mêmes comme ces lignes qui se terminent par une une boucle, sans l’adjonction d’aucun référent extérieur permettant d’indiquer une ligne ou une station.

D’où cette impression étrange de graviter dans un monde clos.
Heureusement sauvé par la vertu unificatrice de la couleur

melissa

En effet comme par miracle ce monde semble sauvé par la couleur qui permet l’unité du Tout.

Comme l’affirmait Cézanne à Emile Bernard pour signifier l’importance de la couleur dans sa propre oeuvre “Quand la couleur est à sa richesse, la forme est à sa plénitude”.

De même Seize est conscient que l’énergie de la couleur le dépasse.

A ce titre il a reconnu avoir été influencé par Niki de Saint Phalle pour les couleurs vives et pures et Vasalery pour l’art cinétique, tous deux ayant guidé ses premiers coups de pinceau.

Il affirme également qu’il “ne vise pas l’effet optique, il cherche les faits cosmiques. Il réussit en 2 dimensions tracées, par de simples aplats colorés à nous faire entrer dans la 4°. Son travail vise …la “communion” plus que la sensation.” (Seize Happywallmaker, Critères Editions, Collection Opusdélits, 2010, p.15)

Par ailleurs Seize utilise parfaitement les effets de couleurs selon leur situation dans le réseau.

“plus la couleur est proche, plus elle est foncée et plus on s’éloigne et plus elle devient claire.”

Enfin sa peinture a une portée éminemment sociologique. Comme il l’affirme lui-même, elle a le don de rassembler à l’image des différentes communautés qu’il a côtoyées à Sarcelles.

Ainsi dans la multiplicité des couleurs, il faut voir aussi la recherche d’un équilibre et un fort désir de rassembler et d’unifier.

Christian Schmitt (site web)

Share on Facebook

Comments Pas de commentaire »

"Metaphase 2"« Metaphase 2″ acrylique sur toile de lin 130×160 cm 2015

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

Vente aux enchères Blancs Manteaux Auction

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

luminosior mathematikaloide n 11luminosior mathematikaloide n 11 acrylique sur toile 130×130 cm 2015

metakronik telepatik Metakronik telepatik acrylique sur toile 130×130 cm 2015

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés