Archives pour la catégorie “Non classé”

Lab14 Astroglyphe

Lab14 nicobaro

Alien contact

Astroglyphe

Une sphère lumineuse en lévitation Des connexions, des rencontres et des cheminements colorés. Des couleurs contraires qui se côtoient
et dont paradoxalement naissent harmonie et équilibre. Faire des différences une vertu unificatrice et enrichissante .L Astroglyphe de son apparition furtive et délicate aux yeux du monde jaillit le symbole vivant et universel d une conscience cosmique entité de lumiere pacificatrice son message est poétique et pacifique laisse rêver à d autres possibles il se téléporte aux quatre coins du globe pour diffuser ses douces couleurs il est parfois possible d entrer en interaction avec lui l Astroglyphe vient il du futur d un autre monde ou de notre imagination ?

Suite au succès rencontré par cette installation interactive , lors de l exposition au Lab14 à Paris , l idée est venue de faire voyager cet ovni pacifique , à travers le monde afin de partager avec le plus grand nombre , la poésie technologique qui se dégage de cet hologramme , levitant dans les cieux .

Comme tout vaisseau spatial qui se respecte celui ci laisse une trace sur un mur dans les villes ou dans les champs en zone rurale sous forme de mandala ou de réseaux laissant ainsi son message unificateur et pacifique aux yeux du monde

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

Digigraphie "kromozomatik"
Digigraphie « kromozomatik » 23×23 cm tirée à 130 exemplaires

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

video astroglyphe au lab14 Paris Montparnasee 2017 from happywallmaker on Vimeo.

Mandala spherico-holographique interactif Mandala spherico-holographique interactif module de communication et d observation extraterrestre en phase de lévitation stationnaire et pacifique #streeturfu Wip LAB14
Préparation réseaux découpage sur bois pour la future exposition du Lab14

Mandala sphérique interactif
Mandala magnetiko-glyphe petit clin d œil de la réserve Malakoff au lab14

Exposition lab14

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

Le MUR Epin

Le M.U.R Epinal

Le M.U.R Epinal

Le M.U.R Epinal

Le M.U.R Epinal

Le M.U.R Epinal

Sans titre

Sans titre

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

vente aux encheres Drouot
Vente aux enchères de la collection de Philippe Bonan en ce qui me concerne c est le lot 249 .lien du catalogue : http://www.pescheteau-badin.com/html/index.jsp?id=78349&lng=fr&npp=10000

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

magnetikoglyphe La Réserve Malakoff a le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition « RETROMAGNETIKOSPECTIVE DU TURFU  » de SEIZE HAPPYWALLMAKER Découvrez dans l’Espace Galerie une cinquantaine de pièces inédites explorant les connexions, les rencontres et les cheminements colorés. Artiste et peintre autodidacte, Seize Happywalmaker développe un code graphique très personnel et utilise l’énergie positive des couleurs. Celles-ci, parfois contraires, se côtoient. De ces rencontres colorées naissent l’harmonie et l’équilibre. Toutes ces lignes, cercles, rectangles, carrés, polygones et flèches forment un langage symbolique, celui de la nature et de l’univers. Seize cherche à exprimer une vitalité, un grand dynamisme ainsi que certains traits de caractère humains : la pureté, la spiritualité, le calme, la joie, la créativité, l’imagination. Ces formes, Seize souhaite qu’elles construisent un langage universel, pure, dans lequel chacun pourrait s’y reconnaitre. Ces œuvres cultivent la différence des formes et des couleurs tout en créant une unité, une vertu unificatrice et enrichissante. Seize Happywalmaker présente à la Réserve Malakoff depuis le 1er juin son spectaculaire mandala « Magnetiko Glyphe ». Le mercredi 12 octobre, venez méditez et vous perdre dans l’espace Galerie à travers les couleurs et ses réseaux hypnotiques. Un travail riche en vitalité et une bouffée d’air que La Réserve Malakoff vous présente jusqu’au jeudi 20 octobre 2016. Vernissage le 12 octobre 2016 19h-22h – entrée libre Espace Galerie 323322

312

307

310

283

278

274

315

320

329

Expostion du 13 au 20 octobre 2016
3 € – tarif unique
Espace Galerie

Horaires :
- mardi 14h-18h
- mercredi au dimanche 14h-20h

La réserve Malakoff
7 rue Paul Bert
92240 Malakoff
magnetiko-glyphe

EVENEMENT FACEBOOK

Share on Facebook

Comments Pas de commentaire »

Le grand 8 peut être une des expériences artistique , humaine et intellectuelle la plus enthousiasmante que j ai pu vivre jusqu ici avec de belles rencontres et des projets fous qui aboutissent je vous assure c est une chance de voir ça grandir et aboutir de ses propres yeux c est un exemple qui pourrait inspirer les galeries de street art . ici c est l état d esprit dans lequel devraient se trouver la plupart des structures qui s occupent de l art urbain . on est loin de l image épurée placé dans un cadre défini par les galeries en général . ici , il y a une réflexion sur le contexte dans lequel présenter notre art . D’habitude c est l artiste qui s adapte a la galerie , au GRAND 8 c est le contraire car ne l oublions pas la force principale du street art c est sa liberté ! je remercie donc Hanna et Hadrien pour m avoir donner la possibilité de donner corps a mon projet en toute liberté je remercie aussi Pierre Hadrien pour ce qu’ il est tout simplement tu m as bien fait triper l ami et enfin Alex et Yvetot pour le gros coup de main ;) je ne vais pas citer tous les artistes mais je pense bien a vous ;)
Paix sur terre les frères et sœurs !

l equipe du grand 8

le grand 8 malakoff

Pierre hadrien

Avec mon ami Abdoulaye

Nosbé et max

syteme solaire du 9° concept

Alex

Livre catalogue de l expo " Le grand 8 "

Brindam et le gouzou

Yvetot

mandala evolution

concert a la reserve Malakoff

la reserve Malakoff

Vernissage du grand 8

Expo le grand 8 a la réserve Malakoff 7 rue Paul Bert du 1 juin au 30 octobre 2016

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

Seize Happywallmaker (16HWM) a un style percutant. Ce street artiste autrefois fasciné par les circuits imprimés trouve aujourd’hui son inspiration grâce aux plans de métro et au réseau neuronal. Il s’exprime dans les rues à travers de grandes fresques très colorées et géométriques au rendu captivant voire hypnotique. 16HWM définit son courant comme étant du « Post-Graffiti télépathique du 3° type ». Un style bien à lui !
Amateurs de « rayons extraterrestres gamma » venez découvrir Seize Happywallmaker à l’exposition « Le Grand 8 de l’art urbain » à la réserve Malakoff du 1 er juin au 31 octobre 2016. LA RESERVE MALAKOFF : 7 rue Paul Bert 92240 Malakoff
OUVERTURE AU PUBLIC du 1er JUIN au 31 OCTOBRE 2016

portail isometrique bi dimensionel

© Seize Happywallmaker

Vous êtes né à Paris en 1971, votre premier amour fut le street art… Parlez-nous de vos débuts…
J’ai beaucoup voyagé avec mes parents durant mon enfance. En 1979 nous habitions au Canada. C’est donc à Sherbrooke au Quebec que j’ai commencé à dessiner sur les murs de ma chambre, du salon, sur les murs de mon immeuble. Je crois que c’est de là que m’est venu le geste naturel de peindre dans la rue.

solarisystem (w.i.p)
© Seize Happywallmaker – tous droits réservés

La suite de votre parcours est-elle en lien avec votre formation ?
Les voies de l’autodidacte ne sont pas impénétrables mais elles sont complexes ;) Je n’ai jamais réussi à rester dans une école ou à garder un travail. Mon besoin de liberté m’en a toujours empêché. Néanmoins c’est la somme de toutes mes expériences de vie accumulées qui m’ont amené à faire de la peinture.

Qui vous a inspiré initialement et qui ou quoi vous inspire aujourd’hui ?
Je pourrais vous parler de centaines d’influences issues du graffiti, de la B.D ou de l’art contemporain, mais l’origine de mon inspiration vient sans doute de mon père qui est musicien et bricoleur hors pair qui fabrique toute sorte de choses comme des amplificateurs, des micros ou des boites à rythmes. A la maison il y avait toujours des tas de cartes électroniques dispersées un peu partout et j’ai toujours été fasciné par les dessins que formaient ces circuits imprimés.
Aujourd’hui ce sont les plans de métro et les réseaux neuronaux qui m’inspirent et par extension la philosophie de Gilles Deleuze et les œuvres de Paul Klee Mondrian ou Vasarely.
cyclope circle

© Seize Happywallmaker
« Cyclope-Circle » acrylique sur toile 120×120 cm (2015)
Crédits photos : David Rase

A quel courant artistique apparentez-vous votre démarche ?
Post-Graffiti télépathique du 3° type.

Vous vous surnommez Seize Happywallmaker, surnom très original… Que signifie-t-il? Quelle est son origine ?
Le surnom de Seize m’a été donné par un graffeur qui s’appelait Dark (Amour aujourd’hui) une véritable référence qui m’a initié au graffiti dans les années 80. Pour le Happywallmaker c’est un peu la même histoire c’est un surnom que m’ont donné des artistes hollandaises en découvrant mon travail au début des années 2000.

N’est-ce pas un nom long pour un artiste street art devant parfois signer dans l’urgence ?
Je pars du principe que l’observateur découvre une œuvre créée par des extra-terrestres. Ces derniers étant très évolués ils ont abandonné toute forme d’individualisme et d’égocentrisme alors bien sur ils ne signent pas et moi avec ce nom à rallonge ça m’arrange bien car ainsi je n’ai a signé aucune de mes fresques… Enfin je veux dire celle des extra terrestres. A force de faire des voyages dans leur vaisseau interstellaire je perds la mémoire à cause des rayons gamma.

" cosmic junction"

© Seize Happywallmaker

Happywallmaker : êtes-vous une personne joyeuse et positive ? Comment cela se reflète-t-il dans votre travail ?
Si je suis joyeux ? Non pas plus que ça, un peu fou peut être. Positif toujours c’est dans ma nature mais en réalité mon travail reflète plus une projection fantasmagorique qui n’a pas forcément de lien avec mon caractère mais plus un souhait global d’unification pacificatrice à destination de l’humanité.
Les réseaux, les mandalas ça parle toujours de liens, de rencontres et d’échanges, le tout dans une recherche d équilibre. C’est un message de paix. Je serais heureux de ressembler à mes peintures peut être que je peins ce que je voudrais être ?

melissa

© Seize Happywallmaker

Vos œuvres sont très graphiques, géométriques et colorées… Comment les construisez-vous ? Et comment s’opèrent vos choix de couleurs que vous permettent-elles d’exprimer ?
C’est un processus d’écriture quasi-automatique, je remplis la surface en m’exprimant librement puis je dégrossis. J’enlève des parties pour faire apparaitre une forme que je veux équilibrer. C’est souvent de l’improvisation. Je travaille ensuite avec les couleurs, souvent complémentaires. Peu à peu la toile s’imprègne de mes couleurs et je m’amuse avec le cercle chromatique. C’est une nouvelle découverte, à chaque fois c’est magique, un arc en ciel déstructuré apparait comme un code qui m’aiderait à déchiffrer la source de vie qu’est la lumière…

Vos œuvres auraient elles un langage symbolique, si oui lequel ?
Le mot symbole vient du grec ancien et il veut dire expliquer, échanger, se rencontrer. Par le biais des réseaux et des mandalas j’essaye de développer cette thématique à travers le subconscient de l’observateur.

La rue est votre terrain de jeu… Qu’est-ce qui vous plait dans le fait de créer en extérieur ?
Ce qui m’enthousiasme le plus c’est de me dire que mon travail une fois fini aura sa propre vie et ses propres interactions avec le public. Mais ce que je préfère c’est peindre dans des lieux abandonnés, coupés du monde extérieur. Le calme et la bulle dans laquelle je suis lorsque je suis concentré sur ma peinture favorise la méditation et m’emmène même parfois dans des phases d’auto-hypnose très agréables, une sorte d’auto chromo-thérapie hypnotique hihi. Les rayons gamma je vous dis ;)

" cosmic junction"

Module.Urbain.Radioactif

© Seize Happywallmaker

Quelle relation entretenez-vous avec votre public et les autres artistes urbains ?
Je suis quelqu’un de discret néanmoins je suis accessible et disponible toujours prêt à échanger ou à débattre. Je fréquente très peu les artistes urbains certains sont mes amis comme Kashink Yseult ou Amour (Dark) mais c’est dans l’art contemporain que je puise mon inspiration.

Depuis 2009 vous exposez régulièrement, sans oublier votre performance en 2013 sur Le M.U.R de Paris et votre participation à l’évènement collectif à la réserve Malakoff à veni. Quel est votre plus beau souvenir d’exposition ?
C’était en 2009 à la galerie Itinerrance, Mehdi Ben Cheikh et moi même avions organisé la venue de plusieurs classes de maternelles pour l’exposition. Un travail avait été fait en amont avec les enfants dans leur école. Ce fut un échange très enrichissant et galvanisant pour moi car aujourd’hui ces enfants ont grandi et m’en parlent encore.

Doublégocentre Pyramidale

© Seize Happywallmaker

Pouvez-vous nous parler de votre participation à l’évènement de la réserve Malakoff (1er juin-30 octobre 2016) ?
Je préfère garder la surprise pour les futurs visiteurs. Ce que je peux vous dire c’est que tous les artistes sont poussés à la contrainte et que ça donne des choses surprenantes. C’est une expo et un festival qui feront surement parler d’eux parole d Happywallmaker ;)
Paix sur terre les frères et sœurs…
16 HWM

photo krix
© Seize Happywallmaker

Interview original sur le site Artistup

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

Dans la veuka

Expo digigraphies

Expo digigraphies

expo la cave

photos par Angel Roy

Share on Facebook

Comments Commentaires fermés

Seize et ses obsessions géométriques
Par Christian Schmitt @espacetrevisse · Le 16/11/2015

art azoi 2012

L’artiste Seize Aka Happywallmaker est devenu une figure incontournable du street art français.

Pourtant au départ, cet enfant de Sarcelles, n’a suivi aucune école d’art. Et n’a découvert ce qui allait devenir sa vocation qu’à la suite d’un heureux concours de circonstances.

En effet, le déclic eut lieu au début des années 1980, au bas de son immeuble, lorsqu’il a été, selon ses propres termes, “ébloui” par un graff de Dark.

Aussitôt, il demande à son auteur de lui céder le lettrage “Seize” qui figurait sur l’une de ses oeuvres.

A partir de ce jour, tout bascule pour lui. Dorénavant , il sait que peindre sur les murs et sur la toile va devenir sa véritable passion.

Par la suite, il va compléter son nom d’artiste de Seize par celui de Happywallmaker, surnom que lui ont donné les membres d’un groupe d’artistes hollandais.

Cependant ce n’est qu’au début de l’année 2000, que cet artiste estime avoir réellement trouvé son identité picturale.

Auparavant et toujours selon ce qu’il déclare, il ne faisait uniquement des graffitis autour des lettres et les personnages.

Depuis il joue sur la lumière, les couleurs primaires et secondaires et les formes géométriques.

Résultat: ses obsessions géométriques l’ont rendu célébre à juste titre car elles sont le fruit d’un grand talent et d’une créativité presque sans limite.

Toutefois sans altérer la portée de son oeuvre, son art n’est pas venu non plus “ex nihilo” car il est aussi tributaire, dans une certaine mesure, d’une tradition antérieure.

Je veux parler, en effet, d’une filiation possible avec les peintres abstraits du XX° s., et notamment avec ceux du courant formaliste.
Le retour à la tradition de l’abstraction formaliste ?

" cosmic junction"

Déjà Kandinsky était fasciné par l’aura mystique de la géométrie, le triangle, selon lui, était le symbole de la “vie spirituelle” et de son mouvement incessant. (Art&Aujourd’hui par Eleanor Heartney, Ed. Phaidon, p.66)

Seize semble être également conscient du pouvoir que peuvent exercer les formes géométriques puisqu’il affirme en 2012 :

“J’essaye de transmettre dans mes compositions des énergies positives sur les spectateurs. Il y a aussi un côté spirituel. » (dans le journal L’Axonais N° 11 du 31/07/2012)

Cependant depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, on a pratiquement abandonné cet aspect purement mystique pour ouvrir à “l’art pour l’art” et au formalisme énoncé par le célèbre critique d’art américain Clément Greenberg.

On aboutit alors à un art débarrassé de toute narration, de représentation, de sujet, de psychologie ou même de spiritualité.

C’est le règne de l’obsession de “l’opticalité”.

Au final ce qui importe, c’est la seule disposition des lignes, des couleurs, des formes… (voir Mondrian).

Or, cette abstraction formaliste, on la retrouve également très présente dans les oeuvres de l’artiste Seize.

Effectivement son besoin de pureté et de cohérence par rapport au monde environnant l’ont conduit à édifier une structure formaliste très affirmée.

“Le langage symbolique est celui de la nature et de l’univers. La forme géométrique jointe à la simplicité et à la rigueur des structures et de la composition peut atteindre une grande pureté…”

Au départ cet artiste « hyperméticuleux » privilégiera toujours la pureté des formes géométriques et mettra un soin particulier à les assembler selon un projet très structuré et très planifié. C’est le grand ordonnateur des formes à l’image du grand Horloger dont parlait Voltaire pour désigner le créateur de notre univers ;
Seize qualifie lui-même son travail comme l’expression d’un vrai langage : le langage symbolique.
Mais son art traduit aussi le monde dans lequel il vit

magnetikoglyphe

A priori on pourrait penser que cet artiste ne fait que reproduire, en quelque sorte, notre monde actuel, celui notamment traversé par les multiples réseaux de communication et de transport.

Avec pour figure archétypale, l’image saisissante de la toile du net qui s’étend partout à une vitesse hallucinante, telle la pieuvre avec ses multiples tentacules.

Certes, Seize restera toujours l’héritier quelque part des peintres du mouvement et notamment de celui dénommé « De Stijl ». Ceux-ci voulaient, en effet, créer un équilibre en harmonie avec le rythme de l’univers par l’application de lignes horizontales et verticales et des aplats de couleurs primaires (rouge, jaune, bleu).
Un monde kafkaïen

projet fresque hotel particulier

Harmonie veut signifier que l’artiste est d’abord un observateur de son temps. Il est celui qui met en exergue tous ces réseaux de communication qui envahissent notre quotidien. Mais en réalité plus qu’un témoin, ce peintre de la rue va être également celui qui dénonce ce phénomène en le stigmatisant pour son côté inhumain.

C’est pourquoi l’univers que nous propose Seize fait penser au côté oppressant et cauchemardesque des récits de Franz Kafka.

Ce grand écrivain de confession juive a dû lui-même s’inspirer de la tradition talmudique.

En effet, selon un récit rapporté par Origène (vers 185 – vers 254),

“Les Écritures Saintes ressemblaient à une grande maison avec beaucoup de pièces; devant chaque pièce se trouve une clé, mais ce n’est pas la bonne. Les clés de toutes les pièces ont été échangées, et il faut (…) trouver les bonnes clés qui ouvriront les pièces.”

Alors que dans le récit, il existe l’espoir de retrouver la “révélation”…les clés sont disponibles mais il suffirait de trouver la bonne.

Chez Kafka, il n’y a tout simplement pas de clé et donc pas d’espoir de s’en sortir. C’est pourquoi le récit de Kafka met en évidence la nature foncièrement angoissante de l’être humain.

Chez Seize cet univers sans clés est bien réel dans son travail.

Mêmes ses œuvres, les plus identifiables, dont certaines font penser aux réseaux des lignes du Métro et du RER, ne débouchent en réalité sur aucune station identifiable, ni sur aucune sortie.

Les seules issues possibles semblent se refermer sur elles-mêmes comme ces lignes qui se terminent par une une boucle, sans l’adjonction d’aucun référent extérieur permettant d’indiquer une ligne ou une station.

D’où cette impression étrange de graviter dans un monde clos.
Heureusement sauvé par la vertu unificatrice de la couleur

melissa

En effet comme par miracle ce monde semble sauvé par la couleur qui permet l’unité du Tout.

Comme l’affirmait Cézanne à Emile Bernard pour signifier l’importance de la couleur dans sa propre oeuvre “Quand la couleur est à sa richesse, la forme est à sa plénitude”.

De même Seize est conscient que l’énergie de la couleur le dépasse.

A ce titre il a reconnu avoir été influencé par Niki de Saint Phalle pour les couleurs vives et pures et Vasalery pour l’art cinétique, tous deux ayant guidé ses premiers coups de pinceau.

Il affirme également qu’il “ne vise pas l’effet optique, il cherche les faits cosmiques. Il réussit en 2 dimensions tracées, par de simples aplats colorés à nous faire entrer dans la 4°. Son travail vise …la “communion” plus que la sensation.” (Seize Happywallmaker, Critères Editions, Collection Opusdélits, 2010, p.15)

Par ailleurs Seize utilise parfaitement les effets de couleurs selon leur situation dans le réseau.

“plus la couleur est proche, plus elle est foncée et plus on s’éloigne et plus elle devient claire.”

Enfin sa peinture a une portée éminemment sociologique. Comme il l’affirme lui-même, elle a le don de rassembler à l’image des différentes communautés qu’il a côtoyées à Sarcelles.

Ainsi dans la multiplicité des couleurs, il faut voir aussi la recherche d’un équilibre et un fort désir de rassembler et d’unifier.

Christian Schmitt (site web)

Share on Facebook

Comments Pas de commentaire »